AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

L'enfer c'est Nous.
♣ Messages : : 8
♣ Originaire de : : Angleterre ♣ Lancaster
♣ Avatar : : Jamie Bell



•• Are you Affraid ?
• On est tous là pour quelque chose ♣ : Meurtre & Psychose

• T'as peur? ♣:
45/100  (45/100)

• Citation ♣:
MessageSujet: Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.    Ven 31 Déc - 20:07



Marshall Isaac Griffith






FEAT. JAMIE BELL
We don't care about all Innocent People We'll kill them People survive


Identité

Je m’appelle Marshall Isaac Griffith je suis née le 27 novembre 1991 à Lancaster en Angleterre et j’ai d’ailleurs grandis dans un milieu ouvrier. J’ai grandis, vieillis et si je devais vous dire un l’événement qui m’a le plus marquer je vous dirais simplement que c’était le décès de ma jeune soeur. J'aurais bien voulu vous dire que c'étais mon premier baisé avec Abigail Hamilton, la plus jolie fille du quartier, mais ce sont les moment les plus tristes qui marquent notre vie au fer rouge. Les gens me définissent comme quelqu’un d' expressif, perturbé, impulsif, gamin, attachant et inquiétant au fond, je suis loyal, angoissé, débrouillard, créatif, déprimé, gentil, instable et charmant malgré tout. Vous devez vous demandez comment les gens atterrissent ici dans mon cas c’est assez particulierJ’ai assassiné mes voisin – 68 coups de couteau et je suis persuadé que celui-ci est toujours en vie et qu’il se marre bien de cette situation. Là où les choses se compliquent, c’est qu’en fait, je n’aurais pas assassiné celui que je croyais, même si je n’ai pas su achevé celui que j’aurais voulu tuer. La version ce trouvant dans mon dossier indique que j’ai tué Edgard Miller, un homme de 63 ans, que je ne connais absolument pas, mais qui serait selon eux, mon véritable voisin d’appartement, alors qu’il s’agit plutôt de monsieur Anderson. Vous me suivez? Ce n’est pas grave. Toujours est-il que tout cela n’est qu’un complot. Tout le monde tente de me convaincre que j’ai de graves problèmes. On dit que mon désordre psychologique est indiscutable. On a embrouillé les cartes pour que je ne puisse jamais sortir d’ici. Ils disent que je suis dangereux, que je n’ai pas conscience de mes actes, que je suis confiné dans mon délire. Ils ont commencés à me décrire comme un impulsif au comportement autodestructeur. Anxieux, colérique & violent. Puis on sort le grand jeu; Dépression…Psychose.





Tell me your story ;

Ma vie…mon passé; voilà un sujet que j’évite comme la peste. Je n’ai pas honte de mon histoire, tout le monde a la sienne. Tout le monde a ses drames et je me plais à me convaincre, que les miens ne sont pas pires que les votre. Soyez attentif, mon récit, je ne le raconterais qu’une seule fois.

Je suis né à Lancaster, en Angleterre.
Je n’étais pas un enfant désiré bien que l’union de mes parents fût sincère et emplit d’amour. Mon arrivé au monde venait gâcher leur liberté de couple encore jeune. Eux disaient que j’étais une belle «surprise». Qu’est-ce que l’on pouvait inventer comme bêtise parfois, mais moi je savais j’étais un accident. Je ne pourrais pas leurs en vouloir, l’intention derrière leur petit mensonge était bonnes après tout. Sarah, c’était le nom de ma mère. Elle venait de terminer sa formation et entreprenait un nouvel emploi; infirmière. Mon père, Jackson, a toujours eu le même genre d’emploi – ce n’était qu’un ouvrier parmi tant d’autre, mais c’était probablement le plus acharné au travail, j’en étais persuadé. Il était donc normal qu’il soit aussi exigent envers moi qu’il l’était envers lui-même. Cependant il a rapidement frappé un mur. Mon éducation était primordiale, probablement parce qu’il espérait me voir réussir mieux que lui ne l’avait fait. Dommage, car il s’aperçu bien vite que je ne répondais pas à ses exigences «d’intellect», comme il l’espérait tant. Heureusement pour lui, ma jeune sœur était plus prometteuse que je ne l’étais. Oui, j’avais une sœur, d’à peine un an ma cadette. Alexis Rose Griffith, un véritable petit ange qui aurait brisé beaucoup de coeurs. Comme quoi les études étaient une histoire de fille dans notre famille. Moi j’étais un cas désespéré et je dois avouer qu’au bout d’un temps, je n’y mettais plus d’effort. Puis vint le jour ou l’amour disparu, faisant place aux reproches et au divorce. Ma mère avait trompé mon père avec un interne. C’était à ce demandé où elle prenait le temps. Je sais, je ne parle pas beaucoup de ma mère, car je ne garde que très peu de souvenir d’elle. Je n’avais que 7 ans lorsqu’elle avait prise la décision de refaire sa vie et avant cela, elle n’avait jamais de temps à accorder à moi ou à ma sœur. Une mère indigne? Peut-être, mais pour être franc, ce n’est pas un évènement qui m’a bouleversé. Ce qui comptait, c’était de rester auprès de ma sœur et de mon père avec qui j’avais tissé des liens forts. Nous avions déménagés dans un appartement du Manchester. Une toute autre vie, loin d’être meilleur. J’aurais préféré subir les déboires de ma mère et les frustrations de mon père jour après jour, plutôt que de subir ce chapitre de ma vie.

Mon père c’était trouver un autre emploi, moins bien payé, du coup il devait faire énormément de temps supplémentaire pour rejoindre les deux bouts. Il faisait son possible, mais il vint un moment où le temps qu’il passait avec nous - Moi et ma sœur Alexis - se faisait rare. En rentrant de l’école et les week-ends, notre père confiait notre garde au voisin d’appartement; monsieur Anderson. Un homme dans la trentaine, un policier qui avait toujours des histoires fascinantes à raconter. Aussi bien le dire, il était un « héro » qui était respecté par beaucoup de gens. On ne s’ennuyait jamais là-bas et il faisait très certainement les meilleurs spaghettis au monde. C’est justement après l’un de ses délicieux repas que celui-ci nous invita à entrer dans sa chambre sous un douteux prétexte. J’étais bête et j’en ai payé le prix. Ce fut le premier jour d’un dangereux cercle vicieux. Nous avions trop honte d’en parler à notre père. Je ne pouvais que tenter de protéger ma sœur comme je le pouvais. Derrière cette porte j’ai été abusé par cet homme et j’ai abusé malgré moi de ma jeune sœur. Je n’avais que 10 ans après tout. Cette situation perdura trop longtemps et les limites de la tolérance finissent toujours par être atteintes. Ma sœur, ma douce Alexis s’enleva la vie à 14 ans. C’est dans l’incompréhension que mon père retrouva sa fille sans vie, à un si jeune âge. J’aurais dû tout lui dire, mais j’en étais encore une fois incapable. J’étais rongé par le remord – coupable d’avoir gardé le silence, coupable de la mort de ma sœur. Assommé par la tragédie, la dépression me guettait et le désir de rejoindre ma sœur était plus fort de jour en jour. Les mois s’écoulèrent, puis une année entière…J’étais un véritable mort vivant subissant les conséquences de deux traumatismes.

Le jour où je lui enfonçais le couteau le plus affilé de la cuisine dans l’estomac j’avais cru que mes problèmes s’envoleraient. Ce fils de p*te ne méritait que de souffrir et de crever. Pourtant il n’en était rien…Mon mal n’était pas soulagé. J’avais beau tourné la lame dans sa plaie et le poignarder de nouveau, rien n’y faisait. Il y avait du sang partout dans le petit salon de ce monsieur Anderson et je n’en étais pas plus soulagé; il refusait tout simplement de mourrir. Puis tout était allez si vite par la suite. Les policiers étaient partout, on me posa un tas de questions. Il y a eu ce psychiatre qui voulait en savoir un peu trop à mon sujet, cette condamnation et mon arrivé dans cette prison. Eux disaient que Monsieur Anderson n’existait pas; que j’avais assassiné un certain Edgard Miller. Un homme qui se trouvait être mon voisin, mais qui ne correspondait en rien à la description que j’en faisais.

Dans ma tête, tout ca n’était qu’une vaste blague, un complot. Je ne pouvais croire toutes les âneries qu’ils tentaient de m’enfoncer dans le crâne – je n’étais pas fou, contrairement à ce qu’ils voulaient me faire croire. La seule qui aurait pu me sortir de ce mauvais pas et prendre mon parti, était décédée et mon père pour une raison que j’ignore, n’est jamais venu témoigner. Je suis dans ce lieu impitoyable depuis 3 ans, peut-être plus…peut-être moins. J’ai perdu la notion du temps. Je n’ai plus jamais eu de nouvelle de mon père. Après toute cette histoire, c’est un peu normal. Ce que je sais, c’est qu’ils ont ouvert une enquête concernant le décès de ma sœur. Ils croient que je l’ai tué elle aussi. C’est stupide, jamais je n’aurais fait une chose pareil et puis qu’est-ce que ca change pour eux, je suis déjà enfermé. N’ont-ils rien d’autre à faire que de me briser continuellement?

Pourvu que cela change… pourvu je puisse te rejoindre bientôt Alexis.



Toi, voilà de quoi nous allons parler ;

Derrière l’écran et ce magnifique personnage il y a moi, Thomas pourtant mon pseudonyme est MNight j’ai de très beaux yeux et je vis quelques part, le forum je l’ai connus grâce à Google. Et à vraie dire, il y a longtemps que je cherche un forum dans ce genre. C'est un thème si rarement exploité, à moins que ce ne sois moi qui cherche bien mal. Quoiqu'il en soit, je suis bien content d'avoir mis la main dessu, même si je doute être à la hauteur niveau Rp. Cela fait un moment que je n'ai pas réellement Rp et pour avoir lu l'histoire de cette charmante Madison, je ne peux que complexer. Tempis! Le mal est fait, je suis parmi vous!, en générale je suis assez présent, exception faite lorsque je bosse la semaine. Pour finir je souhaiterais ajouter que euhm...bien rien!






Dernière édition par Marshall I. Griffith le Dim 2 Jan - 0:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin

L'enfer c'est Nous.
♣ Messages : : 38



•• Are you Affraid ?
• On est tous là pour quelque chose ♣ :

• T'as peur? ♣:
50/100  (50/100)

• Citation ♣:
MessageSujet: Re: Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.    Ven 31 Déc - 21:34

    Mon premier membre *_*. Bienvenue à toi parmi nous.
    J'avoue que le concept est peu exploité, j'en avais déjà un ouvert il y a trois ans de cela, il avais plutôt bien marcher, et comme il n'y en avais toujours pas sur le net j'ai décider d'améliorer le contexte et de relançer l'idée.. Bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

L'enfer c'est Nous.
♣ Messages : : 8
♣ Originaire de : : Angleterre ♣ Lancaster
♣ Avatar : : Jamie Bell



•• Are you Affraid ?
• On est tous là pour quelque chose ♣ : Meurtre & Psychose

• T'as peur? ♣:
45/100  (45/100)

• Citation ♣:
MessageSujet: Re: Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.    Ven 31 Déc - 22:36

Ce ne fut pas facile, j'ai longtemps hésité à la raison ayant conduit Marshall dans cet établissement, mais voilà c'est fait! Jespère que tout est en règle, sinon mettez moi deux trois baffes! En d'autres mots, j'ai terminé =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin

L'enfer c'est Nous.
♣ Messages : : 38



•• Are you Affraid ?
• On est tous là pour quelque chose ♣ :

• T'as peur? ♣:
50/100  (50/100)

• Citation ♣:
MessageSujet: Re: Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.    Ven 31 Déc - 22:41

    J'adore ton histoire, très touchante ! (: ; Tu confirmes le groupe 'We don't care about all ' ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

L'enfer c'est Nous.
♣ Messages : : 8
♣ Originaire de : : Angleterre ♣ Lancaster
♣ Avatar : : Jamie Bell



•• Are you Affraid ?
• On est tous là pour quelque chose ♣ : Meurtre & Psychose

• T'as peur? ♣:
45/100  (45/100)

• Citation ♣:
MessageSujet: Re: Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.    Ven 31 Déc - 22:46

Oh c'est gentil!
Oui je confirme le groupe "We don't care about all". C'est avant tout la justice qui lui à mit le grapin dessu après tout. Puis il n'y a pas vraiment de groupe pour les gens un peu dingue X).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin

L'enfer c'est Nous.
♣ Messages : : 38



•• Are you Affraid ?
• On est tous là pour quelque chose ♣ :

• T'as peur? ♣:
50/100  (50/100)

• Citation ♣:
MessageSujet: Re: Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.    Ven 31 Déc - 22:54

    Parfait, tu es donc VALIDER (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

L'enfer c'est Nous.


MessageSujet: Re: Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Marshall Isaac Griffith ♣ Je voulais vivre, ne plus être un perdant, et j’ai échoué.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prison.Of.Wax :: ▬ Management :: Registres des prisonniers; validez votre tiquet. ♣ :: Félicitation, bienvenue en enfer. ♣-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit